TÉLÉCHARGER SLACKWARE GRATUIT

Slackware: un environnement de bureau pour Linux. Mis en ligne le mardi 09 Octobre | 0 commentaire(s). Slackware: un environnement de bureau pour . 4 juil. Slackware est une distribution libre et gratuite. Initiée en par Patrick Volkerding, il s'agit de l'une des plus anciennes distributions Linux. Télécharger Slackware sur textiletoday.info: Slackware est considérée comme la plus Guide gratuit d'installation et d'administration Linux.

Nom: SLACKWARE GRATUIT
Format: Fichier D’archive
Version: Dernière
Licence: Usage Personnel Seulement
Système d’exploitation: iOS. Windows XP/7/10. MacOS. Android.
Taille: 56.42 MB

La version Savoir installer une Slackware Linux! Par contre, prétendre que ces bureaux sont moins bons pour les raisons hyper-subjectives que tu donnes, c'est montrer que tu ne vaux absolument pas mieux que ce que tu critiques. Pour ton problème, consulte par exemple la page http: Ce qui est quand même un excellent bilan.

8/10 (5 votes) - Télécharger Slackware Linux Gratuitement. Slackware est une système d'exploitation Linux spécialement développé pour les serveurs et. c'est exactement ça: télécharger des sources, les compiler, et créer un paquet Slackware qu'on installe. Moi j'y arrive également et gratuitement. 29 avr. Slackware est la plus ancienne des distributions GNU/Linux toujours en activité. de Slackware , MLED est disponible au téléchargement. .. rappelle que même si cette distribution est disponible gratuitement.

Les paquets sont de simples archives tar compressées avec gzip, bzip2 ou xz. Depuis le 8 mai , les paquets distribués officiellement sont compressés avec xz [ 9 ]. La première version, la 1. Volkerding en est l'auteur [ 11 ]. Slackware a célébré son dixième anniversaire le 17 juillet En , Slackware est passée de la version 4 à la version 7 directement.

Slackware : un environnement de bureau pour Linux

À cette époque, la plupart des autres distributions Linux avaient des numéros de versions proches de 6. Pour éviter que les nouveaux utilisateurs puissent croire que Slackware avait trois versions de retard sur le reste du monde Linux et ne posent constamment la question dans les forums, Patrick Volkerding a décidé d'augmenter artificiellement le numéro de version [ 12 ].

L'environnement de bureau GNOME a été retiré de la distribution le 26 mars lors du développement de Slackware La préparation et l'empaquetage de gnome nécessite en effet plus d'efforts que pour d'autres environnements de bureau comme KDE ou Xfce. De plus, il existait déjà des projets fournissant GNOME pour Slackware qui étaient plus complets que ce que fournissait la distribution officielle.

Patrick Volkerding conclut cette annonce en espérant que ce changement améliore Slackware ainsi que la qualité et la quantité des possibilités d'installation de GNOME pour Slackware.

Slackware n'a définitivement adopté la série 2. Bien qu'un noyau 2. Le 19 mai apparaît la branche officielle de développement pour architecture x Son système de paquetage est différent des distributions d'aujourd'hui comme Ubuntu ou Gentoo, en effet celui-ci ne gère pas les dépendances entre paquet.

C'est donc une distribution à déconseiller au débutant mais à conseiller pour ceux qui aiment mettre les mains dans le cambouis.

Cliquez ici pour être le premier à ajouter un avis sur Slackware. Les 3 derniers logiciels ajoutés. Nos dernières actualités. Il y a actuellement 72 visiteurs Vendredi 19 Avril Télécharger par thème Linux. Réseau et Internet. Pocket PC. Ajouté le: PC i Patrick J.

GRATUIT TÉLÉCHARGER SLACKWARE

Home page: Liens Sponsorisés: Avis des internautes: Les 5 logiciels les plus populaires dans la même rubrique: Fedora Et lister les fenêtres qui tournent semble aussi nécessiter de passer dans un mode d'affichage spécial qui prend tout l'écran, même un simple alt-tab - certes joli est probablement assez utilisable vu la capture - est tout seul au milieu de l'écran. Comment est-ce que c'est discret, comment est-ce que ça peut être moins lourd qu'une zone d'affichage par dessus tes fenêtres, plus petite et qui n'efface pas tout ton écran?

Donc des choses à en redire, il y en a, beaucoup! Ce sont des choix de la part de Gnome, et je ne critique pas leur intérêt, mais bigre, ce ne sont pas les miens, ça n'a rien de discret ou de minimaliste, ça prend au contraire tout l'espace, ça cadre les usages, ça prend tout en charge. Petite astuce: Je l'utilise comme action par défaut pour le double clic dans Gentoo, je suppose qu'on peut faire pareil dans ROX.

Comme ça il ne reste plus qu'à paramétrer les cas particuliers. Mais ça n'est même pas configuré par défaut das ROX, cette première étape est à faire soi-même ou avoir un skel qui inclut ce genre de chose dans sa distrib. En quelle année? Sous quelle distribution? La machine n'est pas un foudre de guerre mais mon portable de l'est encore moins , elle doit avoir quatre ans, et je la maintiens à jour - et bien sûr sous Slackware, c'est de ça qu'on parle.

J'ai eu de mauvaises expériences avec KDE et cherchant à créer des raccourcis vers des trucs non disponibles dans le menu, je lui avais installé un jeu, acheté sur GoG ou HiB, version Linux, hors du système de paquets, non dispo dans le menu KDE, et je voulais mettre un raccourcis sur le bureau, et c'était terriblement casse-couille. Déjà des plombes juste pour le mettre, sans comprendre pourquoi, il calculait des machins, mettait à jour une base de trucs, bref, juste une icône qui lance un programme ça devrait être plus simple que ça.

Ensuite côté ergonomie de la chose, faut bien choisir où tu déposes ton icône dès le début, parce que la déplacer après c'est contre-intuitif. Et il t'affiche un petit menu avec quatre actions en icônes sans texte au dessus, dont une permet de gicler sans autre forme de procès le raccourcis qu'il a eu tant de mal à créer pour moi c'était finalement assez facile, mais c'est KDE derrière qui a eu du mal. À côté de ça, faire pareil avec ROX est tellement plus simple pour un nerd comme moi.

Glisser-déposer du binaire ou du script de lancement, clic-droit pour fixer l'icône, ou construire une ROX-app. Je comprend ce qu'il se passe et rien n'est fait dans mon dos pour soi-disant me simplifier l'existence. KDE fait plein de trucs, probablement géniaux pour les gens qui les utilisent, ou peut-être qui se contentent de survoler leur système et veulent l'utiliser sans chercher à le comprendre.

Ça alourdit, par définition, par rapport à ne rien faire, c'est obligatoirement plus lourd, plus lent, plus poussif. Moi, si je ne comprend pas, ça ne me sert pas, et même pire, ça me dérange, ça me ralentit, ça me gène. C'est la philosophie MacOS X. C'est la philosophie Windows récente avant il n'y avait que le côté faire des trucs dans ton dos, mais pas épuré du tout.

Et je trouve qu'il y a une énorme différence entre épuré et hors de ton chemin, discret. Gnome ou KDE ne sont pas discrets, ils font plein plein de choses pour toi.

SLACKWARE GRATUIT TÉLÉCHARGER

Ils sont aujourd'hui plutôt épurés, mais très très présents dans l'utilisation au quotidien. Sauf qu'un outil qui sait mieux que moi ce que je veux, ça me rappelle Windows il y a 17 ans quand je l'utilisais, avant de tomber dans Linux. C'est pas ma faute, je suis un atroce nerd, sans maîtrise le pouvoir n'est rien, j'ai besoin de cette maîtrise complète, quitte à rendre l'accès initial plus difficile.

Aucun logiciel ne sait mieux que moi ce que je veux…. Et donc Gnome ou KDE sont lourds, lents, poussifs, pénibles et se mettent en travers de mon chemin, pour tout un tas de broutilles à la con. Et tout ça c'est très certainement génial pour des gens qui n'ont pas le même besoin que moi, mais on est fondamentalement différents, et je suis dans une minorité.

La phrase de départ " les deux environnements graphiques les plus avancés disponibles aujourd'hui " est effectivement pas super diplomatique.

Par contre, prétendre que ces bureaux sont moins bons pour les raisons hyper-subjectives que tu donnes, c'est montrer que tu ne vaux absolument pas mieux que ce que tu critiques. Cela fait des années que la communauté à évoluer au delà du "il y a trop d'options, c'est nul" c'est un exemple, ça marche aussi avec les autres éléments que tu cites: J'aurais applaudi bien fort un commentaire qui dirait "on devrait écrire 'deux des environnements graphiques les plus avancés disponibles aujourd'hui'".

Par contre, critiquer ces environnements comme tu le fais, c'est être encore plus stupide que la phrase initiale. À la limite, ça me pousse à tolérer de voir plus souvent ce genre de phrase juste pour faire chier les gens qui réagissent comme toi. Je viens de tester l'install, ça commence par un menu horrible qui demande de choisir parmi layouts de clavier et aucun capable de faire les accents ça affiche juste des carrés…. C'est à cause du menu bleu?

Tu n'aimes pas le bleu? C'est à cause de l'interface en curse? Qu'est ce qui ne va pas? L'installateur utilise une interface ncurse.

Slackware 12.1

D'accord, elle n'est pas graphique mais je ne l'ai jamais vu échouer pour cause de carte graphique exotique ou par manque de ressource. Pour ton problème, consulte par exemple la page http: Si tu démarre l'installateur sans framebuffer la police de caractères utilisée est une Terminus qui couvre les pages de code Windows ou ISO Ce n'est pas idéal pour le Français, mais de toutes façons il n'y a aucun caractère accentué à taper durant l'installation et tu peux toujours en changer après installation.

Sinon tu peux avoir une distribution dérivée de Slackware mais où le choix de la langue d'installation induit la disposition de clavier par défaut fr. Versions préliminaires: Pour Salix Xfce Pur Slint PS Je suis à l'origine de Slint et ai coopéré avec George Vlahavas gapan pour l'internationalisation de l'installateur de Salix. Ça reste une distro assez brute de décoffrage, c'est réservé à un certain public, il faut en être conscient.

C'est à l'ancienne: Et c'est dans ce sens là que c'est du KISS: Slack préfère te laisser les commandes! C'est drôle, s'il se trouve des personnes pour se plaindre de l'installeur, je me demande ce que ça va être lorsqu'il s'agira d'installer des logiciels hors des dépôts courants.

En fait il n'y a aucun soucis ici. La Slackware ne cherche pas à séduire tout le monde. Si quelqu'un est irrémédiablement rebuté par l'interface d'installation en ncurses, il est fort probable qu'il n'aimera pas le fonctionnement sous le capot, autant alors abandonner à cette étape. Je ne crois pas que ce soit l'interface ncurse qui le gêne, juste de te jeter à la gueule éléments dans une liste linéaire.

S'y retrouver c'est pourri non ce n'est pas à l'ancienne, simple ou rétro c'est juste pourri. Tu peut très bien indexer les claviers, poser une ou deux questions avant pour savoir la langue et le fuseau horaire pour présenter d'abord les 5 claviers qui correspondent probablement le mieux à ton besoin tout en te permettant d'aller chercher celui que tu veux si tu as un besoin différent.

Je veux dire là on parle d'amélioration factuelle, c'est pas mieux pour les noobs et moins bien pour les hackers spécialistes du noyaux que sont tous les utilisateurs de Slack, c'est juste mieux pour tout le monde.

Je ne peux pas te donner complètement tort ici, c'est vrai. Il n'y a pas de travail spécifique pour améliorer l'internationalisation de la distrib, même si tout fonctionne très bien dans n'importe quelle langue dispo sous Linux, et il faut installer soi-même le paquet de langue pour KDE et Calligra. D'un autre côté, je maintiens quand même ce que j'ai écris: Mais c'est une raison pour que d'autres solutions existent, et il y en a pléthore, heureusement!

S'il n'y avait que la Slackware, yuk, pauvre Linux! Mais bon, s'il n'y avait que Debian, je serais sous BSD…. Ce qui est vraiment fou c'est que quasiment 20 ans après l'introduction de l'USB on n'a toujours pas des claviers qui savent décrire leur keymap au système qui pourrait alors s'autoconfigurer voire pré-sélectionner la langue associée.

Ça n'est pas forcément si simple. Sur un même clavier tu as plusieurs variantes possibles pour azerty, latin1, latin9, oss,…. On doit bien pouvoir faire un choix par défaut à peu près raisonable: On aurait un truc correctement utilisable dès le début, et facile à paramétrer plus finement juste après. J'utilise Slackware une version fortement personnalisée sur quasiment tous mes serveurs LAN, Dedibox et mes postes de travail, dans ma boîte et chez tous mes clients. Il m'arrive de bosser sur Debian et CentOS également que j'apprécie pour d'autres raisons , mais j'ai toute une série de raisons pour continuer à utiliser celle qui fut ma première distrib en Je prépare actuellement un bouquin sur le B.

Ba de l'administration système, et qui sera publié chez Eyrolles à la rentrée voire un peu plus tard. Le bouquin sera majoritairement basé sur Slackware, au vu des vertus pédagogiques de cette distrib. Je te bat! Slacker depuis , installée aujourd'hui partout 7 machines utilisées , y compris sur ARM: J'ai d'ailleurs toujours un onglet ouvert sur ton site depuis quelques mois, je veux aller regarder tes modifications sur Microlinux, mais le temps me manque un peu….

Je vous trouve quand même assez durs et extrêmes dans vos commentaires, et j'avoue avoir été moi aussi assez gêné par le ton de la news mettre de coté Gnome par exemple, est aujourd'hui inexplicable pour moi. Slackware que je n'ai que testé, sans l'utiliser au quotidien , est probablement une excellente distribution, vu son long passé, mais il ne faut pas non plus penser qu'elle est parfaite.

Rien que le principe KISS demande un énorme investissement, qu'il n'est pas toujours facile de donner par faute de temps et de connaissances.

Avez-vous lu ceci? TÉLÉCHARGER HP SCANJET 2200C

En ça, elle ne convient pas à bon nombre de personnes. De même qu'Ubuntu ne conviendra pas non plu à bon nombre de personnes pour son coté directif et son contrôle sur les logiciels fournis globalement 2 mondes opposés en fait.

Pour ma part, ma distribution principale est Archlinux, et je la déconseille à la plupart des gens de mon entourage, car comme Slackware elle met en avant le principe KISS, et que justement elle demande de l'investissement. De même pour l'environnement graphique, je tourne sur un simple Openbox configuré pile poil comme je le souhaite, sans fond d'écran, sans barre des tâches, sans menus, sans rien raccourcis claviers et dmenu seulement , qui est donc pour moi le window manager presque parfait, mais j'ai un autre Linux sous Gnome et même si les débuts sont toujours difficile une interface graphique demande de l'habitude et des repères , c'est aujourd'hui une interface avec beaucoup de cohérence, qui permet d'être très efficace même si la souris est pas mal sollicitée.

Bien sûr, Openbox marchera bien mieux sur des machines peu puissantes, mais si on se prend un i7, 16Go de ram et un SSD de Go, je pense qu'on peut encaisser n'importe quel environnement sans aucun soucis. Je n'ai pas testé KDE depuis longtemps, mais je pense qu'on peut tout à fait avoir le même raisonnement pour cet environnement. Pour finir, je trouve dommage le ton la dépêche et de certains commentaires, dont la forme et même parfois le fond ne me donnent instinctivement pas envie de tester cette distribution, qui reste pourtant, j'en suis convaincu, très intéressante et ayant une place importante parmi la grande quantité de distributions disponibles.

En fait, en relisant deux fois la news, à part cette portion de phrase: Est-ce critiquer les distributions ayant choisi systemD que de dire que la Slackware se maintient avec son propre système d'init?

Il n'est pas écrit que c'est meilleur, juste que c'est aisément éditable, ce qui est vrai. Et ça ne porte aucun jugement de valeur, ce n'est pas meilleur, pas forcément le plus simple, ni le plus robuste, mais simple et robuste.

Pas infaillible, pas parfait, juste simple et robuste. Et pour qui le connaît, c'est vrai, c'est descriptif, tout simplement. J'ai bien parlé de la news ET des commentaires. Pour la news, c'est surtout je pense la partie environnement graphique, ainsi que PulseAudio et éventuellement NetworkManager qui me semblent peut être mal tournées mais ce n'est que mon avis bien sûr.

C'est ensuite en lisant les commentaires que j'ai eu le plus cette impression.

Et cette impression m'a donné envie d'écrire mon commentaire. Ils contiennent des phrases qui parfois me semble un peu exagérées. Et je trouve ça dommage car ça enlève un peu le coté "communauté Linux", et la fragmente entre plusieurs distribution. Et je vois aussi ce style de commentaires pour les dépêches de sortie de version des autres distributions.

Après c'est peut être aussi depuis que je suis sur Archlinux que je prends un peu plus de recul sur les différentes distributions, vu que je n'ai plu cette notion de version de distribution ce qui n'est qu'une particularité d'Arch, parfois une qualité, parfois un défaut. A l'époque où j'étais encore sur Ubuntu avant le passage à Unity , j'avais sans doute moi aussi ce genre de commentaires.

Je suis tout à fait d'accord, c'est pas visible dans ce que j'ai dit, je parle bien des "pro", mais aussi des "anti": Faudrait lire le contenu du message auquel tu fais référence aussi. C'est historique. Patrick Volkerding a décidé de ne plus fournir GNOME de base dans la distribution en , parce que cela lui prenait trop de temps à packager et qu'il ne voyait pas d'amélioration venir, a contrario du projet KDE qui était bien mieux organisé et plus facile à packager: D'autre part, c'est explicable parce que KDE reste un équivalent, donc personne n'est pénalisé pour une utilisation "bureau".

Bref, c'est un parti pris, mais c'est aussi le rôle d'une distribution. Merci pour le complément d'informations. Cela relativise le ton de la dépêche sur ce point. C'est par contre dommage, je trouve, de faire l'impasse sur ce DE, même si le mainteneur à sans doute de très bonnes raisons. Pour utiliser Linux depuis plus de 20 ans, les remarques dénigrants cette distribution ne me paraissent pas fondées.

A tous les débutants, je leurs conseils sans hésiter: Ubuntu, non que c'est la meilleur distribution, mais que c'est probablement un bon moyen de prendre contact avec le monde Linux sans se soucier de ce qu'il faut faire. Maintenant, à titre personnel mais surtout professionnel je n'abandonnerais pas Slackware pour quelques raisons simples: Pour avoir 7 serveurs Slackware en interne natif, sous VM ou même en container , nous n'avons jamais eu de crash de n'importe quel ordre et ce système est d'une stabilité sans pareil y comprit notre serveur d'applications centralisé J'irais même plus loin, je pense qu'il ne serait pas normal qu'un administrateur système se contente de 'click' 'click' 'click' et de croire qu'il a installé, compris et paramétré un serveur.

GRATUIT TÉLÉCHARGER SLACKWARE

Ma station de travail est également une Slackware et SlackBuilds fournit une palette tellement grande d'outils, qu'il est je pense impossible de ne pas y trouver son bonheur.

Enfin, dans le cadre de différents projet externes, j'ai du implémenter des installation automatisée de serveurs mettre un cdrom et faire l'installation et le paramétrage automatique car serveurs critiques et pour avoir travailler avec RedHat et Slackware … créer son propre cdrom est d'une facilité déconcertante avec Slackware.

C'est sûre qu'un serveur de mail m'a prit une journée d'install de paramétrage, de compil d'antivirus, d'anti spam, de serveur imaps etc, mais maintenant … ce serveur tourne sans y toucher et la quantité de courrier traiter à l'heure est impressionnante sans avoir un serveur dernière génération A tous les sceptiques, je ne peux que vous conseiller de travailler avec une Slackware et ceux qui n'en veulent pas … tant pis pour eux: Concernant l'interface graphique et le clic clic, ce n'est pas spécifique à Slackware.

Slackware est pensée pour un monde sans X, c'est vrai, avec des menus ncurses et de beaux commentaires dans les fichiers de conf. Mais je pense que la majorité des moyennes et grandes entreprises qui utilisent RHEL ou CentOS sur leurs serveurs les utilisent aussi sans interface graphique, idem pour Debian.

Je ne pense pas que la Slackware soit pensée pour un monde sans X. Je me suis même amusé à faire ressembler la mienne à ElementaryOS, dont j'ai intégré les composants que j'aimais bien. Voilà ce que ça donne. En dehors de ça, mes serveurs tournent tous en init 3 et s'avèrent être des bestiaux tout bonnement increvables. Pas de MàJ kernel depuis près de 2 ans? Je sais que le matériel n'a pas évolué, je comprend que les MàJ de perf ne sont pas importantes tant que le système n'est pas surchargé après tout, pourquoi faire?

Je ne suis pas très au courant, mais y'a-t-il des failles kernel exploitables à distance? C'est à dire sans accès local, ou sans d'abord exploiter une faille d'un logiciel accessible web, ssh, etc. Si ce n'est pas le cas, l'âge du kernel n'a pas tellement d'importance en terme de sécurité. Il est bien plus important de limiter les services accessibles et de les sécuriser convenablement: Un serveur qui fait juste serveur de fichier par exemple, avec un Nginx, Apache, ou autre.

Ou un serveur de base de donnée, firewallé pour limiter les accès uniquement aux serveurs frontends. On peut aussi restreindre les accès SSH à des adresses IPs données chez soi, au boulot, depuis un autre serveur. Aucun accès possible direct depuis l'extérieur, les failles des logiciels ne peuvent pas être exploitées….

Après, bien sûr, si ça fait tourner des dizaines de sites wordpress à la mise à jour inégale, l'accès local est rapide à chopper, et la faille kernel à exploiter. Tout dépend de l'usage. Les précédentes par contre… Elles permettent toutes de planter le système DOS puis boum. L'intérêt de les patcher est donc énorme sur un système à forte visibilité. A peu près négligeable sur un petit serveur l'intérêt de faire tomber un serveur dont tout le monde se fout est négligeable, alors qu'en prendre le contrôle est particulièrement utile, mais on n'a pas de failles de ce genre, heureusement.

Mais tu as tout à fait raison, on a ici des failles DOS exploitables à distance, sur du TCP ou de l'UDP, ça en fait 4 sur la période considérée, largement de quoi planter un système.

À voir aussi si un firewall protège ou non, mais comme ça a l'air d'être des failles sur les protocoles, pas gagné que le firewall intervienne assez tôt… Et sinon il suffirait d'un port ouvert au public et ça passerait. Selon l'importance du serveur, et de son besoin de disponibilité, ce n'est pas obligatoire de mettre son noyau à jour pour ces failles là.

L'indisponibilité cumulée des mises à jours peut largement dépasser celle du redémarrage du serveur après une attaque mais alors il faudra mettre à jour parce qu'on sait que quelqu'un nous a déjà attaqué sur une faille donnée, il faut la colmater. Sachant qu'il n'y a ici aucun risque de perte ou vol des données. Removed from -current, and turned over to community support and distribution. I'm not going to rehash all the reasons behind this, but it's been under consideration for more than four years.

There are already good projects in place to provide Slackware GNOME for those who want it, and these are more complete than what Slackware has shipped in the past. So, if you're looking for GNOME for Slackware -current, I would recommend looking at these two projects for well-built packages that follow a policy of minimal interference with the base Slackware system: However, due to their policy of adding PAM and replacing large system packages like the entire X11 system with their own versions, I can't give quite the same sort of nod to Dropline.

Nevertheless, it remains another choice, and it's your system, so I will also mention their project: So are a lot of others, but Slackware does not need to ship every choice. GNOME is and always has been a moving target even the "stable" releases usually aren't quite ready yet that really does demand a team to keep up on all the changes many of which are not always well documented.

I fully expect that this move will improve the quality of both Slackware itself, and the quality and quantity of the GNOME options available for it. Folks, this is how open source is supposed to work. Si je me souviens bien, le problème était qu'il y avait trop de petits paquets et qu'ils changeaient en permanence de nom et d'organisation.

Du coup, à chaque nouvelle version, Pat qui devait être seul à l'époque passait presque plus de temps à packager gnome que le reste de la slack. Et je comprends donc son manque d'entrain pour packager gnome tout seul en effet. Mais je pense j'espère! En complément de la dépêche, l'intégration de pulseaudio dans slack n'a pas été une décision facile. Premier message du changelog:. Wed Jan 13 After upgrading to BlueZ 5 recently, everything seemed to be working great, but then it was pointed out that Bluetooth audio was no longer working.

So with some trepidation, we began investigating adding PulseAudio to Slackware. Going back to BlueZ 4 wasn't an option with various dependent projects either having dropped support for it, or considering doing so. After several iterations here refining the foundation packages and recompiling and tweaking other packages to use PulseAudio, it's working well and you'll likely not notice much of a change. But if you're using Bluetooth audio, or needing to direct audio through HDMI, you'll probably find it a lot easier to accomplish that.

Best of all, we're finally a modern, relevant Linux distro! Bug reports, complaints, and threats can go to me. Wed Jun 22 This release fixes many bugs, including this one that was commonly reported during the Slackware That seemingly smart thing had some serious unintended consequences. Another issue was that HDMI in many cases appears to get temporarily unplugged when the monitor goes to sleep mode, or even when switching the refresh rate of the monitor—PulseAudio 8.

These issues are now fixed. Notons également que pour éviter d'utiliser systemd, slack a du changer de udev vers eudev et de ConsoleKit vers ConsoleKit2. Pour la suite, il est envisagé de passer à elogind dans le but de bénéficier du support de wayland sous kde sans s'encombrer de systemd.

Comme quoi, si une petite équipe y arrive, on peut se passer de systemD sans faire beaucoup d'effort. Suivre le flux des commentaires. Nous n'en sommes pas responsables. Aller au contenu Aller au menu. Slackware À noter que les anciens usages sont préservés et toujours pleinement supportés, pour faciliter les migrations et laisser le choix aux utilisateurs Patrick, qui se méfiait de PulseAudio, a finalement dû l'adopter dans cette version à cause de BlueZ et des casques audio bluetooth.

Le serveur d'affichage graphique est Xorg dans sa version X11 R7. Par exemple: Octave , célèbre logiciel de calcul numérique, est en version 4. En bref, tout slackbuilds est prêt pour cette version Ce projet a été initié par Eric Hameleers AlienBob et Nicolas Kovacs Kikinovak AlienBob a développé la Slackware Live Edition pour non seulement tester Slackware sans installation, mais également our disposer de Plasma5, la dernière version en date de l'environnement de bureau KDE qui n'est pas inclus dans la nouvelle version Slackware est disponible pour les architectures Intel x86 32 bits et 64 bits.

Aller plus loin Slackware clics Il est encore vivant Patrick Volkerding? BeOS le faisait il y a 15 ans! J'ai utilisé Slackware de à Les affirmations suivantes m'énèrvent: Le projet Slackware édite et maintient la distribution éponyme, qui était, est et restera une distribution simple et légère Vous vous basez sur quoi pour le "légère"?

Des mesures quelque part? En quoi la seconde phrase vérifie la première? Vous vous basez sur quoi pour le "légère"? Elle tient sur 16 disquettes 1 DVD! Surtout si on aime lire dans son passio! Et je n'ai pas de fond d'écran animé, ni d'économiseur d'écran, je me demande bien à quoi ça peut servir à part à les montrer aux copains… Sérieusement, les différences entre distribs se font rarement sur le fait que les logiciels sont à jour ou pas, ou sur la troisième décimale de la version du kernel.

Tu fais exprès de comprendre de travers, c'est agaçant… lorsque tu as un gestionnaire de paquet performant et automatique.

Pour chacun ça sera celle dont il a l'habitude, et c'est tout… Ma plus vieille machine est de , […] et oui, ça marche en mode serveur Bah ouais, et la mienne, aussi, AMD Turion 64 X2 1,8Ghz, un portable, et je l'utilise avec un écran 27" full-HD, et j'utilise firefox Pour le reste, encore une fois, je ne connais pas, mais c'est de l'admin owncloud, ça n'a pas de raison d'être fondamentalement différent d'une distrib à l'autre… Deux minutes pour trouver cette page: Mais je crois que ça parle à beaucoup de gens, et pas uniquement aux amateurs de Slackware.

Non j'ai dit: Je ne connais pas du tout OpenStack, comment te répondre alors Oui comme pas mal de chose, apparement dans ton univers statique. On peut s'amuser à compter les dérivées de la Slackware aussi, largement plus nombreuses rapportées au nombre d'utilisateur Ça se passe de commentaire: Non, je te parle de configuration de matérielle. J'arrête là, j'ai déjà pointé suffisament de faiblesse et d'inéptie dans ton argumentaire.

Contrairement à toi qui continue à cracher sur une distrib que de toute évidence tu ne connais ni ne comprends… Oui comme pas mal de chose, apparement dans ton univers statique. Tsss, j'ai probablement oublié plus de choses en informatique que tu n'en connais, et joué avec plus de logiciels et de technos que tu ne crois qu'il en existe, s'il-te-plaît, ne parle pas de ce que tu ne connais pas… Ça se passe de commentaire: Le point d'accès est différent c'est tout, mais derrière, c'est tout pareil… Tu es sur un sacré piédestal là, persuadé qu'il y a des univers de Logiciels Libres différents, auxquels un utilisateur de Slackware n'aurait pas accès.

Slackware - textiletoday.info

Je veux dire, par rapport à compiler un logiciel et modifier sa configuration par défaut, c'est terrifiant… Pour le coup, je pense que justement, fournir une configuration par défaut de qualité dans l'ordre d'importance: Je ne vais pas répondre à tout hein: Si ça peut te rassurer, on est dans le même passé alternatif: Il se la raconte encore. Hé grand, t'es sur LinuxFR pas Clubic. D Trouver dans quel paquet se trouve tel fichier? Pour voir les fichiers qu'un paquet installe: Tu trouves toujours que c'est le cas?

Plus de détails sur un paquet: Je préfère un système "d'un autre temps" comme tu dis mais qui fait simplement ce que je lui demande à une usine à gaz qui se prétend innovante, Mais quelle mauvaise foi, c'est hallucinant. Dans la liste des bordels inutiles sur mon système, bien sûr que ça m'installe il y à: Voici l'arbre de dépendances d'un de ces morceaux: Si c'est pour un plug-in, est-ce vraiment une dépendance dure?

Ok, en réalité, on peut changer ça, en sélectionnant manuellement le plug-in phonon-backend-null , mais le pire c'est qu'il demande confirmation pendant l'install, ce con d'aptitude!